Historique de Schoppenwihr  
Vers 1750, Schoppenwihr est une grande ferme isolée au milieu de laquelle s'éleve une belle
demeure Alsacienne.  Petit a petit un parc se dessine autour d'elle: certains arbres sont mis
en valeur, des perspectives s'ouvrent vers les plus belles vues des Vosges et une petite rivière
se détourne pour alimenter un étang.

Cent ans plus tard, le paysage est entièrement redessiné:  Il y a maintenant quatres étangs,
les perspectives sur les Vosges se transforment en larges prairies ou trônent des chênes déjà
centenaires. La grande allée de platanes est crée, des arbres rares et exotiques sont plantés:
Ginkgo de Chine, Sophora du Japon, Cèdres du Liban, Taxodiums, Liquidambars, Chênes
Rouge d'Amérique, Hêtres Pourpres, une centaine d'ifs et autant de Buxus.  Vers 1900, le
parc qui arrive a maturité est splendide. Un jardin clos derrière la Maison, abrite les serres
et un immense potager fleuri; c'est l'age d'or de Schoppenwihr.



















En 1930, le paysagiste, Achille Duchêne se voit confier la tache d'embellir la proprieté; il va
se concentrer sur les espaces "vides " qu'il considère comme indispensable au succès d'un
grand parc.  Il coupe beaucoup d'arbres, agrandit les étangs, les pelouses et rajoute un
miroir d'eau à l'est du Château.

15 ans plus tard, le parc devient le théâtre des plus violents combats de le poche de Colmar.
Le chateau et la Ferme sont détruits. Le parc, au printemps 1945, ressemble a un paysage
lunaire: les arbres ont beaucoup souffert, certains chênes de 200 ans sont réduits à l'état de
bâtons sans branches, leurs troncs eventrés par les obus et la mitraille.....Schoppenwihr est
en ruine.

















Aujourd'hui, les arbres semblent avoir repris une taille et une vigueur hors du commun,
les grand gazons de Duchêne ont été restaurés, et un jardin de rocaille a été crée dans les
ruines du château. Le promeneur peut y admirer les quatre perspectives principales du parc;
la vue du Haut Koenigsbourg vers le nord, le Miroir vers l'ouest, un Grand Gazon vers l'est
et la grande Allée des Platanes vers le sud.

Cette allée de Platanes, plantée vers 1850, débouche sur la cour d'honneur. Certains arbres
remarquables y sont: un Pin de l'Himalaya, un Ginkgo Biloba femelle, et un Sophora
Japonica qui se couvre de fleurs blanches en Aout.  Près de la Maison Alsacienne se dresse
un magnifique chêne de 250 ans.

La promenade continue à l'est, avec le Grand Etang et ses îles romantiques, dont la fameuse
île des Demoiselles ou subsiste les vestiges d'un petit temple d'amour..On peut y admirer une
vue magnifique sur les trois châteaux de Ribeauvillé.  

Enfin, sur la rive nord de l'étang se dresse un des plus ancien Taxodiums d'Europe, qui a la
particularité de respirer par des racines qui sortent du sol tel des pains de sucre.